Décarbonation aviation

Le secteur de l’aviation est confronté à des défis environnementaux crucial compte tenu de son impact sur les émissions de CO2. Selon un rapport publié par le Higher Institute of Aeronautics and Space, il est nécessaire d’opérer des choix stratégiques et ambitieux afin de limiter le réchauffement climatique.

Les enjeux du secteur aérien face au changement climatique

L’aviation représente actuellement 2,6 % des émissions mondiales de CO2 et connaît une croissance annuelle de 3,1 % entre 2019 et 2050. Pour atteindre l’objectif de la limitation du réchauffement climatique à 1,5°C d’ici 2100, il est impératif de travailler sur deux aspects : maîtriser la croissance du trafic aérien et augmenter l’empreinte carbone du secteur. Le rapport présente plusieurs scénarios explorant différentes voies de décarbonation pour l’ensemble de la flotte.

Le budget carbone comme indicateur clé

Le groupe d’experts Intergouvernemental sur l’évolution du climat (IPCC) préconise l’utilisation d’un budget carbone pour évaluer les efforts nécessaires dans la lutte contre le réchauffement climatique. Ce budget correspond à la quantité maximale de CO2 pouvant être émise dans l’atmosphère avant d’atteindre la neutralité carbone pour limiter le réchauffement à un certain niveau.

  • Pour maintenir un réchauffement de +1,5°C, le budget carbone mondial serait d’environ 380 GtCO2 entre 2020 et 2050.
  • Pour un réchauffement de +2°C, cette valeur passe à 860 GtCO2.

Selon les objectifs de réchauffement, l’aviation disposerait ainsi d’un budget carbone compris entre 10 et 22,8 GtCO2 d’ici à 2050.

La décarbonation du secteur aérien : leviers et défis

Parmi les différents scénarios étudiés, c’est essentiellement la décarbonation de la flotte qui s’avère être le principal levier de réduction des émissions. Le secteur ayant déjà réalisé des améliorations significatives en termes d’efficacité énergétique et de taux de remplissage, il est désormais crucial de s’attaquer au problème majeur que représente l’énergie utilisée (pétrole). Trois voies principales sont évoquées :

  1. L’électricité
  2. L’hydrogène
  3. Les carburants synthétiques

Toutefois, ces changements représentent un défi en matière de ressources, notamment pour les décideurs politiques et économiques, car ils demanderaient de réorienter une part importante des ressources vers l’aviation au détriment d’autres secteurs. Par ailleurs, il est essentiel de poursuivre les efforts pour améliorer l’efficacité énergétique de la flotte afin d’accroître la décarbonation.

L’importance des actions conjuguées et des leviers socio-économiques

Le rapport souligne qu’il ne faut pas se concentrer sur un seul axe d’action, mais plutôt mettre en œuvre une stratégie globale qui combine tous les leviers disponibles en parallèle. En plus des leviers techniques tels que le renouveau de la flotte et le développement des carburants alternatifs, des efforts importants doivent être réalisés dans le domaine socio-économique :

  • Réfléchir à de nouveaux modèles de mobilité
  • Inciter les entreprises à soutenir la recherche et développement dans le secteur
  • Mettre en place des incitations fiscales et réglementaires pour favoriser les solutions durables

Enfin, il convient également de prendre en compte les impacts des autres types d’émissions du secteur sur le climat, notamment celles liées à la formation des traînées de condensation et à l’oxydation des oxydes d’azote. Bien que moins bien quantifiées que les émissions de CO2, ces émissions ont également un impact sur le réchauffement climatique et nécessitent d’être étudiées de près.

Ainsi, pour assurer un avenir durable pour le secteur de l’aviation, il est impératif de considérer une approche globale et ambitieuse, combinant à la fois les leviers techniques, économiques et sociaux pour réussir la décarbonation de l’aviation.

By Marie

Marie Descamps est une journaliste et une militante écologiste reconnue pour son engagement profond en faveur de la protection de l'environnement et de la promotion du développement durable. Avec un parcours académique enrichi en journalisme et en études environnementales, Marie a consacré sa carrière à mettre en lumière les défis écologiques contemporains, à travers des reportages poignants et une participation active à des initiatives écologiques. Son travail, ancré dans une recherche approfondie et une volonté de changement, vise à inspirer une prise de conscience et une action collective pour un avenir plus vert. Spécialités :

  • Reportages environnementaux : Marie excelle dans la couverture de sujets tels que le changement climatique, la perte de biodiversité, et les innovations en matière de durabilité, apportant des histoires captivantes et informatives au grand public.
  • Militantisme écologique : Elle est activement impliquée dans des campagnes de sensibilisation et des projets écologiques, contribuant à des efforts significatifs pour la conservation de l'environnement.
  • Analyse des politiques vertes : Marie offre des éclairages critiques sur les politiques environnementales, soulignant les avancées et les obstacles dans la lutte contre la crise écologique.
  • Éducation et sensibilisation : Passionnée par la transmission de connaissances, elle s'engage dans des initiatives visant à éduquer et à sensibiliser les communautés aux enjeux du développement durable.
Philosophie professionnelle : "Je crois fermement que l'information est un levier puissant pour le changement. En tant que journaliste, mon devoir est de révéler la réalité des crises écologiques que nous affrontons, tout en mettant en avant les voies d'action possibles pour chaque individu et pour la société dans son ensemble. Le militantisme vient renforcer cette mission, en traduisant les paroles en actions concrètes pour la planète." Contributions marquantes :
  • Une série d'articles influents sur les conséquences sociales et environnementales de la déforestation en Amazonie, qui a contribué à une prise de conscience internationale et à des engagements renouvelés pour la protection des forêts.
  • La participation à des documentaires sur la pollution plastique des océans, mettant en exergue les impacts sur la faune marine et les écosystèmes, ainsi que les solutions émergentes pour cette crise.
  • Des ateliers sur le développement durable dans des écoles et des universités, visant à inspirer la prochaine génération d'activistes écologiques.
Pourquoi suivre Marie Descamps ? Suivre Marie Descamps, c'est s'immerger dans le monde du développement durable à travers le regard d'une experte passionnée et engagée. Ses écrits, empreints de rigueur journalistique et d'un engagement sans faille pour l'écologie, sont une source d'inspiration et d'information incontournable pour tous ceux qui souhaitent contribuer à la sauvegarde de notre planète. Marie ne se contente pas de rapporter les faits ; elle nous invite à devenir des acteurs du changement pour un avenir durable.